• lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1

Pour adresser une demande à la Farac, cliquez sur le bouton ci-dessous pour envoyer votre message.

LA LÉGION D’HONNEUR

Mémoire

LA LÉGION D’HONNEUR

HISTORIQUE

ABOLITION DES ORDRES ROYAUX

Par décret du 30 juillet 1791, voulant abolir "tout ordre de chevalerie, toute corporation, tout signe extérieur qui suppose des distinctions de naissance", l’Assemblée Constituante avait supprimé les ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit mais, voulant conserver le principe de récompenser le mérite, elle s’était réservé le droit de "statuer s’il doit y avoir une décoration unique qui pourrait être accordée aux talents et aux services rendus à l’État" , elle avait maintenu l’Ordre Militaire de Saint-Louis en l’ouvrant aux officiers protestants.

Ce dernier Ordre fut supprimé en juillet 1793 par la Convention.

INSTITUTION DES ARMES D’HONNEUR

En vertu de l’article 87 de la Constitution de l’an VIII, un arrêté des Consuls de la République, signé Bonaparte, en date du 4 nivose an VIII (25 décembre 1799), règle le mode et la nature des récompenses nationales à accorder aux militaires qui se seront distingués par une action d’éclat.

Ce sont des armes d’honneur fusils, mousquetons, carabines, sabres, baguettes de tambour, trompettes. Elles donnaient droit à une haute paye pendant la période d’activités militaires.

Bonaparte voulait plus. II voulait donner une place de choix à tous ceux qui, militaires, s’étaient distingués par leur héroïsme et à tous ceux qui par leurs mérites, "leurs talents, leurs vertus ont contribués à établir ou à défendre les principes de la République, à faire respecter la justice et l’administration publique".

Bonaparte voulait dégager une nouvelle élite sur la fidélité de laquelle il pourrait compter.

CREATION DE L’ORDRE DE LA LEGION D’HONNEUR

Le 29 floréal an X (29 mai 1802), proclamation de la loi créant la Légion d’Honneur par le Premier Consul Napoléon Bonaparte.

Article premier. En exécution de l’article 87 de la Constitution concernant les récompenses militaires et pour récompenser aussi les services et vertus civils, il sera formé une Légion d’Honneur.

Article 2. Cette Légion sera composée d’un grand conseil d’administration et des seize cohortes dont chacune aura un chef-lieu particulier.

Article 3. Il sera affecté à chaque cohorte des biens nationaux portant deux cent mille francs de rente.

Chaque cohorte devait compter :

7 grands-officiers avec traitement de 5 000 francs
20 commandans [1] avec traitement de 2 000 francs
30 officiers avec traitement de 1 000 gants
350 légionnaires avec traitement de 250 francs

Article 8. formule de prestation de serment qui sera inchangé jusqu’au 11 juillet 1804.

Le 13 messidor an X (2 juillet 1802), arrêté relatif à l’organisation de la Légion d’Honneur.

Composition du Grand Conseil d’Administration - division du territoire en 16 cohortes - Composition des Conseils d’Administration des cohortes.

Le 27 messidor an X (16 juillet 1802), arrêté :

les militaires qui ont obtenu des armes d’honneur seront répartis dans les seize cohortes de la Légion d’Honneur,

Article 5. Les procès-verbaux de la prestation de serment des légionnaires seront adressés sans délai au Grand Chancelier. Immédiatement après la réception des procès-verbaux, le Grand Conseil d’administration procédera à la promotion aux divers grades.

Le 3 fructidor an XI (2l août 1803), le citoyen LACEPEDE désigné au premier Grand Conseil du 29 thermidor (17 août 1803) a été nommé Grand Chancelier.

Le ler vendémiaire an XII (24 septembre 1803) : Première promotion de la Légion d’Honneur.

L’EMPIRE.

Le 29 floréal au XII (18 mai 1804) Sentions Consulte organique de l’établissement de l’Empire.

Le 13 messidor an XII (2 juillet 1804) Napoléon envoie la première décoration de la Légion d’Honneur à LATOUCHE-TREVILLE, malade à Toulon et qui y mourra le 19 août 1804. [2]

Le 22 messidor an XII (Il juillet 1804) Décret impérial du Palais de Saint Cloud sur la décoration des membres de la Légion d’Honneur :

La décoration des membres de la Légion d’Honneur consistera dans une étoile à cinq rayons doubles.
Le centre de l’étoile entouré d’une couronne de chêne et de laurier présentera d’un côté la tête de l’empereur avec cette légende "NAPOLÉON EMP. DES FRANCAIS.", et de l’autre l’aigle française tenant le foudre [3] avec en exergue "HONNEUR et PATRIE".
La décoration sera émaillée de blanc.
Elle sera en or pour les grands-officiers, les commandants et les officiers, et en argent pour les légionnaires ; on la portera à une des boutonnières de l’habit et attachée à un ruban moiré rouge.

Le 26 messidor an XII (dimanche 15 juillet 1804) Inauguration officielle de l’Insigne de la Légion d’Honneur par Napoléon à l’Hôtel des Invalides. Serment suivi de la première distribution des décorations par Napoléon lui-même qui remettra le cordon de la Légion d’Honneur au cardinal CAPRARA, légat du Pape, qui célébrait la messe.

Le 28 thermidor au XII (1.5 août 1804) Distribution des étoiles de la Légion d’Honneur à l’Armée au camp de Boulogne.

Le 10 pluviose an XII[ ( 30 janvier 1805) Création de la Grande Décoration qui sera appelée Grand Aigle jusqu’au 16 juillet 1814 puis Grand’Croix.

La première promotion a lieu le 2 février 1805.

Ce Cordon n’est conféré par l’Empereur qu’à de Grands-Officiers de la Légion d’Honneur. Leur nombre ne peut excéder 60.

Les princes de la famille impériale et les étrangers auxquels Sa Majesté voudrait conférer cette décoration ne sont pas compris dans les 60. Ils peuvent la recevoir sans être membres de la Légion.

ÉVOLUTION DE LA DÉCORATION

PREMIER EMPIRE (1802 -1814)

Etoile d’or ou d’argent.

Sous le Premier Empire, au moins quatre types. (huit selon le comte Michel de PIERREDON). [4]

- ler type 1804.

Couronne de chêne à droite, de laurier à gauche entourant l’étoile avec les extrémités inférieures entrecroisées attachées par un noeud sans bout. Pas de couronne - pas de boules.

Sur la face effigie de Napoléon laurée et de profil droit sur fond rayonnant or. La légende est "NAPOLÉON EMP. DES FRANCAIS" sur émail bleu.

Sur le revers, aigle au vol abaissé tenant un foudre avec la légende "HONNEUR et PATRIE". L’étoile est reliée à la bélière par un simple anneau rond.

- 2° type 1806.

Décision de NAPOLÉON du 1.2 avril 1806. L’étoile de la Légion d’Honneur sera surmontée d’une couronne impériale.

Etoile avec couronne à 12 palmettes soudées, pas de boules.

- 3° type 1808.

Etoile avec grosse couronne à 8 fleurons, pas de boules.

- 4° type.

Même modèle que le 3c type mais les pointes sont garnies de boules, (pointes boutonnées).

- Plaque

Etode en argent à 5 rayons doubles recouverts de paillettes d’argent et séparés les uns des autres par 5 rayons d’argent aux pointes non boutonnées.

Au centre les armes de l’Empire figurant un aigle couronné au vol abaissé empiétant un foudre et entouré de la légende "HONNEUR et PATRIE" .

PREMIERE RESTAURATION (AVRIL 1814-MARS 1815)

Louis XVIII n’ose supprimer la Légion d’Honneur.

L’insigne comporte alors :

Face : Portrait d’HENRI IV tête à gauche avec en exergue "HENRI IV ROI DE FRANCE et DE NAVARRE".
Revers : Trois fleurs de lys surmontées d’une couronne avec en exergue "HONNEUR et PATRIE".
La plaque est en argent et au centre se trouvent trois fleurs de lys surmontées d’une couronne.

DEUXIEME RESTAURATION (JUILLET 1815- JUILLET 1830)

La Légion d’Honneur devient Ordre Royal.

Couronne royale à 8 fleurons avec des fleurs de lys. Globe surmonté d’une petite fleur de lys. L’anneau est cannelé.

Face : Portrait d’HENRI IV avec en exergue "HENRI IV ROI DE FRANCE et DE NAVARRE".
Revers : Trois fleurs de lys. avec devise "HONNEUR et PATRIE" (la couronne a été supprimée).
Le terme d’Étoile est abandonné pour celui de Croix.

Plaque : Au centre : Tête d’HENRI IV branches cantonnées de fleurs de lys

MONARCHIE DE JUILLET (AOÛT 1830 - FÉVRIER 1848)

LOUIS-PHILIPPE roi des FRANCAIS supprime les fleurs de lys, remplacées alors par les couleurs du drapeau bleu - blanc - rouge.

Face : HENRI IV avec la seule devise "HENRI IV".
Revers : un drapeau et un étendard tricolores aux hampes croisées avec devise "HONNEUR et PATRIE".

Plaque : Au centre : Tête d’HENRI IV avec la devise "HONNEUR et PATRIE".

Les deux drapeaux se trouvent à la partie supérieure, les deux étendards à la partie inférieure.

DEUXIEME RÉPUBLIQUE

Arrêté du 12 septembre 1848

La République remplace l’effigie de HENRI I V par celle de BONAPARTE. II y a surpression. de la couronne.

Face : Tête de BONAPARTE 1er Consul 19 mai 1802.
Revers : Drapeau tricolore avec devise "HONNEUR et PATRIE".
En exergue apparaissent pour la première fois les mots "RÉPUBLIQUE FRANCAISE".

Plaque. Au centre : Effigie de BONAPARTE avec la légende "BONAPARTE premier Consul" et "HONNEUR et PATRIE".

PRÉSIDENCE (31 DÉCEMBRE 1851 - 2 DÉCEMBRE 1852)

Après le coup d’état du 2 décembre 1851, LOUIS NAPOLÉON devient Prince-Président. Il fait rétablir l’Aigle et le décret du 16 mars 1852 rétablit une couronne fermée avec palmettes et une croix.

Face : Effigie de NAPOLÉON avec légende "NAPOLÉON EMPEREUR des FRANCHIS".
Revers : Aigle impérial avec en exergue "HONNEUR et PATRIE".

Plaque : Effigie de NAPOLÉON avec en exergue "HONNEUR et PATRIE".

SECOND EMPIRE (2 DÉCEMBRE 1852 - 1870)

Louis NAPOLÉON devient NAPOLÉON III EMPEREUR.

Face : Tête de NAPOLÉON laurée avec en exergue "NAPOLÉON EMPEREUR des FRANCHIS".
Revers : Aigle vol abaissé avec en exergue "HONNEUR et PATRIE".

La couronne est à 8 branches ayant un aigle aux ailes déployées à la base. Elle est surmontée d’un dôme et d’une croix.

Plaque : L’Aigle est au centre et les branches séparées par cinq rayons. Les drapeaux et étendards ont disparu.

TROISIEME RÉPUBLIQUE (1870 - 1946)

Face : Tête de CERES à droite avec en exergue "RÉPUBLIQUE FRANCHISE 1870".
Revers : Drapeau et étendard tricolores avec devise "HONNEUR et PATRIE".
La couronne est supprimée, remplacée par un ovale formé de feuilles de chêne et de laurier, émaillées de vert avec fruits rouges.

Plaque : Tête de CERES avec en exergue "RÉPUBLIQUE FRANCHISE 1870 HONNEUR et PATRIE".

QUATRIEME RÉPUBLIQUE

A partir de 1951, la date de 1870 est supprimée et remplacée par une étoile.

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE

Décret du 28 novembre 1962

Le centre de l’étoile, émaillée de blanc, est entouré de branches de chêne et de laurier et présente à l’avers l’effigie de la République avec en exergue "RÉPUBLIQUE FRANCAISE" et au revers deux drapeaux tricolores avec en exergue "HONNEUR et PATRIE" et la date 29 Floréal. an X.

LE GRAND COLLIER DE LA LÉGION D’HONNEUR

Le "Grand Collier" réservé à l’origine à Napoléon, aux princes français et aux grands dignitaires de l’EMPIRE apparaît pour la première fois le 2 décembre 1804 lors de la cérémonie du sacre de Napoléon à Notre-Dame.

Il disparaît avec le Premier Empire, réapparaît sous Napoléon III. Le grand collier constitué d’une chaîne en or comporte 16 médaillons en souvenir des seize cohortes de la création de la Légion d’Honneur.

La IIIe , IVe et la Ve République ont adopté le grand collier. Modifié et modernisé au cours des années, il est depuis le Second Empire uniquement réservé au chef de l’Etat, Grand Maître de l’Ordre. [5]

CODE DE LA LÉGION D’HONNEUR (DÉCRET DU 28 NOVEMBRE 1962)

La Légion d’Honneur est la plus élevée des décorations nationales. Elle est la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil soit à titre militaire.

Le Président de la République est grand maître de l’ordre. La dignité de Grand-Croix est conférée de plein droit au Grand Maître.
A la tête de l’administration et de la discipline de l’ordre est placé le Grand Chancelier qui par délégation du Grand Maître préside le conseil de l’ordre. Le Grand Chancelier est également chancelier de l’Ordre National du Mérite (décret du 3 décembre 1963 portant création d’un Ordre National du Mérite).

Le siège de l’Ordre est encore aujourd’hui comme à l’origine dans le palais de SALM acheté le 4 mai 1804 par le Grand Chancelier LACEPEDE.

Le Musée National de la Légion d’Honneur et des ordres de chevalerie créé en 1925 par le général DUBAIL, Grand Chancelier de l’époque est installé dans une aile du palais de SALM.

Le décret du 28 novembre 1962 fixe le maximum théorique des effectifs à 125 000 membres.
Les effectifs à atteindre sont :
Grand-Croix 75
Grand-Officier 250
Commandeur 1250
Officier 10 000
Chevalier 113 425
Les deux premiers grades de Grand-Croix et Grand-Officier sont appelés dignités.
Le grade initial de Commandant est devenu Commandeur, celui de légionnaire, chevalier. [6]

VILLES ET COLLECTIVITÉS DÉCORÉES DE LA LÉGION D’HONNEUR

Des villes comme DIJON, PARIS, LYON, ROANNE, CAEN, STRASBOURG, VERDUN, ROUEN, TOURNUS, ORADOUR sur GLANE-....ont été décorées de la Légion d’Honneur.

Des formations militaires comme le 99° R.1., le 152° R.I., l’École Polytechnique, l’École Spéciale Militaire de Saint Cyr, l’École Navale, l’Ecole de l’Air, l’École Militaire des Cadets de la France Libre, les Goums, le drapeau des Chasseurs....... ont été décorés de la Légion d’Honneur.

De grandes écoles civiles comme l’École Centrale des Arts et Manufactures, l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint Étienne, les Écoles Nationales Vétérinaires d’ALFORT, de LYON, de TOULOUSE....... ont été décorées de la Légion d’Honneur.

La Croix Rouge française, le réseau de résistance PTT, l’abbaye Notre-Dame des Dombes (pour faits de résistance), la SNCF résistance FER.....ont été décorés de la Légion d’Honneur.

Bibliographie :

- La Légion d’Honneur par Jean DANIEL (édition A. BONNE), Extrait La Cohorte.

- Les débuts de la Légion d’Honneur par A. CAMELIN, professeur agrégé du Val de Grâce. - Décorations des légionnaires d’hier et d’aujourd’hui, (Képi blanc).

- Les origines de la Légion d’Honneur R GAUTHIER, (Képi blanc).

- 15 juillet 1804 Inauguration officielle de l’insigne de la Légion d’Honneur par Napoléon 1°, La cohorte extrait de la Légion d’Honneur par C. DECOURTIAL.

- L’institution de la Légion d’Honneur, La cohorte.

- LACEPEDE, Premier grand chancelier de la Légion d’Honneur par Madame M. BROUTTA (article le Ruban Rouge 1961).

- Description et évolution de l’insigne (article Docteur N. VITTOURIS, (La cohorte). - La Charte novembre- décembre 2001.

- Deuxième Centenaire de la Légion d’Honneur (La cohorte novembre 2001).

Notes:

[1] Orthographe de l’époque

[2] Les débuts de la Légion d’Honneur par A. GAMELIN, professeur agrégé du Val de Grâce.

[3] Foudre : nom masculin, faisceau de dards en zigzag attribut de Jupiter, un foudre ailé. Napoléon avait adopté pour emblème héraldique sur champ d’azur l’aigle d’or empiétant un foudre d’or, que l’on retrouve encore au revers des monnaies de bronze du second Empire.

[4] Contribution à l’Histoire des Ordres du Mérite, 1923 (Rodez Imprimerie CARRERE).

[5] Extrait de la Légion d’Honneur par Jean DANIEL

[6] Dans la vie courante les membres de la Légion d’Honneur portent comme insigne : chevalier ruban rouge, officier rosette rouge, Commandeur rosette rouge sur canapé argent, Grand-Officier rosette rouge sur canapé argent et or, Grand-Croix rosette rouge star canapé or.

 

FARAC

 ADRESSE POSTALE                                              ADRESSE GEOGRAPHIQUE                               ADRESSE NUMERIQUE
  Cercle de garnison                                                             Cercle de garnison                                                         Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.        
  22 avenue Leclerc                                                           22, avenue Leclerc
  69363 Lyon cedex 07                                                       69007 Lyon   
 
 
 
 
                                                                                                                                                     2014-2017  COMUNIC pour la Farac                                                  
 
 
 
 
 
  •  

  •