• lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1
  • lava teaser1

Pour adresser une demande à la Farac, cliquez sur le bouton ci-dessous pour envoyer votre message.

DE LA CROIX DES SERVICES MILITAIRES VOLONTAIRES A LA MEDAILLE DE LA DEFENSE NATIONALE

Mémoire

LA CROIX DES SERVICES MILITAIRES VOLONTAIRES

Cette décoration fut créée par décret du 13 mai 1934 en vue de récompenser les services accomplis au cours des périodes d’instruction volontaire par les cadres militaires de réserve de l’Armée de terre. L’application de ce décret fut étendue à la Marine et à l’Armée de l’air. Elle comportait trois classes avec croix de bronze, d’argent ou d’or.
L’insigne était constitué par une croix à quatre branches portant à l’avers l’effigie de la République casquée et la légende « République Française » et au revers l’inscription « Services Militaires Volontaires ».

Le ruban d’une largeur de 37 m/m était bleu outremer partagé par une bande médiane rouge foncé du tiers de la largeur. Le ruban des croix des premières et deuxièmes classes était bordé par un liseré blanc de 2m/m et celui des premières classes portait en outre une rosette des mêmes couleurs que le ruban.
La Marine et l’Armée de l’air se différenciaient de l’Armée de terre par une ancre sur le ruban pour l’une et des ailes déployées pour l’autre.
Suite à une initiative de l’Union Nationale des Officiers de Réserve, une loi du 22 mars 1957 ayant créé l’Ordre du Mérite Militaire comportant trois grades (chevalier, officier, commandeur) entraîna la disparition de la Croix des Services Militaires Volontaires.

LA MEDAILLE DES SERVICES MILITAIRES VOLONTAIRES

Le décret du 3 décembre 1963 ayant créé l’Ordre National du Mérite supprima seize Ordres de Mérite et d’Outre-Mer dont l’Ordre du Mérite Militaire. Mais ce second Ordre National destiné à récompenser des « services distingués » ne permettait pas de récompenser de simples services « honorables » rendus par les réservistes. C’est pourquoi la Médaille des Services Militaires Volontaires commune à toutes les armées françaises fut créée par le décret du 13 mars 1975 modifié par celui du 2 janvier 2004.

Les rubans sont exactement ceux de l’ancienne Croix des Services Militaires Volontaires, celui de la médaille d’or porte aussi une rosette aux couleurs du ruban.

La médaille est en bronze, argentée ou dorée suivant le degré accordé, son avers porte le profil de la République coiffée du bonnet phrygien et son revers l’insigne des Forces Armées Françaises (un glaive pointe haute, deux ancres entrecroisées et deux ailes ) avec l’inscription « Services Militaires Volontaires ».
Cette décoration est destinée à récompenser la fidélité de l’engagement des réservistes opérationnels et des réservistes citoyens avec les conditions d’ancienneté à servir dans la réserve opérationnelle ou en réserve citoyenne qui sont :

trois ans pour la médaille de bronze ;
dix ans pour la médaille d’argent ;
quinze ans pour la médaille d’or.

Son attribution relève du ministre de la Défense qui peut cependant déléguer les pouvoirs aux autorités militaires pour les médailles de bronze et d’argent. L’échelon « or » est décerné uniquement par arrêté de ce ministre. Le droit au port de cette décoration est reconnu par un diplôme. Nul ne peut prétendre à cette médaille s’il a été condamné soit pour crime, soit à une peine d’emprisonnement sans sursis égale ou supérieure à six mois.
La Médaille des Services Militaires Volontaires peut aussi être décernée une seule fois à titre exceptionnel dans l’un quelconque de ses trois degrés aux militaires d’active :

pour la qualité particulière des services rendus ;
tués ou blessés dans l’accomplissement de leur devoir dans un délai d’un mois à compter de la date des faits.

LA MEDAILLE DE LA DEFENSE NATIONALE

Lorsque le ministre de la Défense [1] Charles Hernu, décida par décret du 21 avril 1982 la création de la Médaille de la Défense Nationale, son but était de pouvoir récompenser les appelés de l’armée de Terre, de la Marine et de l’armée de l’Air (officiers, sous-officiers et hommes du rang) qui avaient d’une manière particulièrement honorable effectué leur service national dans les armées. Par la suite cette décoration fut décernée aussi à titre normal ou exceptionnel aux militaires de carrière.

La médaille comporte trois échelons comme celle des Services Militaires Volontaires : bronze, argent et or. D’un module de 36 mm, son avers porte en effigie la Marseillaise de Rude [2] avec la mention « République Française » et son revers un bonnet phrygien à cocarde dans une couronne de chêne et de laurier avec les inscriptions « Armée. Nation » et « Défense Nationale ». Des modèles ont existé avec sur leur avers une représentation non réglementaire de la Marseillaise de Rude.

Son ruban est aux couleurs inverses de celui de la Médaille des Services Militaires Volontaires, c’est à dire de couleur rouge foncé et partagé par une bande médiane de couleur bleu outremer. En bordure, le liseré est blanc pour la médaille d’argent et jaune pour la médaille d’or qui ne comporte pas de rosette. Le ruban comporte des agrafes en métal blanc qui peuvent être géographiques comme « Missions d’assistance extérieure » ou de spécialité comme « Infanterie ».

Actuellement le nombre des agrafes géographiques est de cinq et de trente huit pour les spécialités. L’attribution d’un échelon de la médaille ne donne droit qu’à une agrafe géographique ou de spécialité. En cas de promotion, la ou les agrafes obtenues dans le ou les échelons précédents peuvent être conservées. Le maximum d’agrafes est de trois.

Cette décoration récompense les services particulièrement honorables rendus par les militaires à l’occasion de leur participation aux activités opérationnelles ou de préparation opérationnelle des armées, ainsi que les interventions au profit des populations.

Les conditions d’attribution comportent à la fois l’ancienneté de service et un minimum de points acquis selon un barème déterminé par instruction ministérielle :
médaille de bronze : 6 mois de service et 110 points ;
médaille d’argent : 5 ans de service et 600 points (2ans minimum dans l’échelon de bronze) ;
médaille d’or :10 ans de service et 800 points(2 ans minimum dans l’échelon d’argent).

Nul ne peut obtenir la Médaille de la Défense Nationale s’il est déjà titulaire d’un des deux Ordres Nationaux ou de la Médaille Militaire. La médaille peut être décernée à titre posthume.

LA MEDAILLE D’OR AVEC CITATION

Par décret du 25 juin 2004, la Médaille d’or de la Défense Nationale peut être attribuée directement sans condition d’ancienneté et de points aux militaires d’active et de réserve qui se sont distingués à l’occasion d’une action comportant un risque aggravé et se sont vus récompensés par une citation individuelle sans croix, délivrée par le ministre de la Défense ou par délégation, par les chef d’état-major des armées, les chefs d’état-major d’armée ou les directeurs généraux.

La ou les citations sans croix sont matérialisées par le port sur le ruban de la Médaille d’or d’étoiles de bronze, d’argent ou de vermeil et de palmes de bronze comme pour les Croix de Guerre ou de la Valeur Militaire. Il n’est pas délivré de diplôme, car son attribution est uniquement mentionnée dans la citation individuelle sans croix. Cette décoration ne peut faire l’objet, ni d’une suspension, ni d’un retrait pour motif disciplinaire.

"EUX AUSSI LA MERITAIENT"

"Le 30 novembre 2007, deux chiens des pelotons cynophiles de la Gendarmerie menant la lutte antidrogue ont été décorés de la médaille de bronze de la Défense Nationale avec agrafe "Gendarmerie".
C’est pendant la guerre de 1914-1918 que les premiers chiens dans les armées françaises ont reçu une décoration. Ils servaient pour doubler les sentinelles, dans les patrouilles ou pour assurer certaines liaisons."

BIBLIOGRAPHIE:

Décorations officielles Françaises de la Monnaie de Paris.
« Képi Blanc » magazine de la Légion étrangère.
Guide pratique des décorations françaises actuelles de Jean Battini et Witold Zaniewicki (Lavauzelle).
Identification et cote des décorations de Loïc Le Ribault, Bernard Caminade et Eric Lacombe.

NOTES:

[1] C’est en mai 1974 que le ministère de la Défense prit définitivement sa dénomination actuelle, après s’être appelé ministère de la Guerre, puis ministère des Armées
[2] La sculpture de Rude sur l’Arc de Triomphe représente le « Départ des volontaires » et la République sous les armes y figurant fut surnommée à tort la Marseillaise

FARAC

 ADRESSE POSTALE                                              ADRESSE GEOGRAPHIQUE                               ADRESSE NUMERIQUE
  Cercle de garnison                                                             Cercle de garnison                                                         Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.        
  22 avenue Leclerc                                                           22, avenue Leclerc
  69363 Lyon cedex 07                                                       69007 Lyon   
 
 
 
 
                                                                                                                                                    2014-2016 COMUNIC pour la Farac                                                  
 
 
 
 
 



  •  

  •